lundi 17 janvier 2011

Les musulmans peuvent-ils boire de l'alcool?


L’influent théologien du Qatar Youssef al-Qardaoui a autorisé les musulmans, dans une récente fatwa, à consommer de l’alcool. La fatwa est bien sûr controversée alors qu’elle n’autorise pourtant pas à boire de la bière ou du vin par exemple… Elle dit en effet qu’il n’est pas illicite pour un musulman de consommer des boissons contenant un petit taux d’alcool, obtenu naturellement par fermentation. Il s’agit par exemple de boissons énergétiques avec un taux d’alcool pouvant être de 0,05%. Ce n’est pas illicite dans ce cas, car le taux est très faible et que l’alcool est alors naturel et non industriel, a précisé le théologien, dirigeant de l’Union mondiale des oulémas musulmans. Pour la majorité des musulmans, il est strictement interdit de boire de l’alcool. Par exemple, la sourate 5:90 du Coran déclare ceci: « Ô vous qui croyez / le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées et les flèches divinatoires sont une abomination et une œuvre du Démon / Évitez-les… » D’autres musulmans, certes minoritaire, pensent que l’islam, sans en recommander la consommation, permet l’absorption d’alcool, notamment une fois toutes les cinq prières quotidiennes complétées, ou encore qu’il ne condamne que la saoulerie et non le produit en tant que tel. De fait, l’interdiction de l’alcool s’est faite progressivement au début de l’islam. Au début de la prophétie de Mahomet, l’alcool n’était pas interdit aux musulmans selon un spécialiste du Coran. Des sourate évoquent d’ailleurs le vin. L’alcool interdit par le Coran est celui produit à partir de raisins, soit le vin. L’islam a de fait d’abord proclamé le bannissement de l’alcool lors des moments de prière pour en venir, plus tard, à une interdiction totale, l’alcool étant assimilé à un péché grave, passible d’une punition équivalant à 40 coups de fouet. C’est, ai pu-je lire, la dernière interdiction révélée à Mahomet. D’ailleurs, selon Imam Azam, à lorigine de la première école de jurisprudence sunnite Hanafi et la plus répandue, boire de l’alcool en petite quantité et sans aller jusqu’à l’ivresse n’est pas illicite. Mais l’interprétation change bien sûr radicalement selon les jurisprudences. Des professeurs en théologie sunnites très connus comme Yasar Nuri, Ozturk et Süleyman Ates ont semble-t-il affirmé que le musuman peut boire modérément pour vivre la communion familiale par exemple. Mais il est clair qu’ils sont aujourd’hui minoritaires dans cette interprétation.
Vincent Pellegrini

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire